Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Mesures | Des ajustements aux dispositifs de soutien pour les CHR

Bruno Le Maire, Élisabeth Borne et Jean-Baptiste Lemoyne se sont entretenus lundi 03 janvier 2022 avec les représentants de l'hôtellerie-restauration et du tourisme. Une heure et demie de discussions qui ont donné lieu à la révision des dispositifs alloués à ces secteurs au vue des nouvelles restrictions sanitaires qui les affaiblis.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a rencontré le 3 janvier l’Umih et d’autres organisations patronales des secteurs que les conséquences de la Covid-19 continuent d’affecter. À l’issue de cette réunion, il a été annoncé que les bars pourront désormais bénéficier d’une prise en charge de l’État à hauteur de 100 %, dès lors que l’entreprise perd 65 % de son chiffre d’affaires, et non plus 80%. Les entreprises du secteur S1 et S1bis, auxquels appartiennent les cafés, hôtels et restaurants, pourront également tirer parti de la prise en charge des coûts fixes. En effet, le dispositif est élargi à l’ensemble des secteurs dit du tourisme. Pour se faire, le seuil sera abaissé à 50 % de perte du chiffre d’affaires contre les 65 % fixés jusqu’alors. L’exonération de charges sociales pour les entreprises faisant l’objet de mesures de restrictions sanitaires ou ayant perdu 65 % de leur chiffre d’affaires sera prochainement envisagée, assure le ministre de l’Économie et des Finances. La question des modalités de remboursement des PGE, autre demande évoquée à plusieurs reprises par le secteur, devrait être discutée à son tour avec la Commission européenne, la Banque de France et la Fédération bancaire française. Une centaine de millions d’euros : c’est ce que devraient coûter ces nouveaux ajustements au gouvernement.

Articles connexes