Covid-19

Equipement & Services

Food & Drinks

L'actualité en bref

La Tournée des Patrons

Vertueux

Consentement d'utilisation des Cookies

J'accepte Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Politique de cookies

L'actualité en bref

Application de livraison | L'Union Européenne s'attaque aux statuts des livreurs

Plus de quatre millions de coursiers et chauffeurs de VTC pourraient devenir salariés des applications mobiles de livraison et de transports, selon un projet de loi présenté à la Commission européenne. Pour la plupart des acteurs du secteur, la nouvelle ne passe pas.

La Commission européenne envisage d’encadrer le travail des livreurs à vélo, selon les informations recueillies par Bloomberg. Les quatre millions de travailleurs, qui officient actuellement en tant qu’autoentrepreneur pour Uber, Deliveroo ou encore Bolt pourraient donc voir leur statut évoluer vers celui de salarié. Le coût pour le secteur s’élèverait à plus de 4,5 milliards d’euros de plus par an, selon la Commission européenne.

De leur côté, les plateformes de livraison s’opposent à la proposition de la Commission, qui, selon elles, entraînerait des pertes d’emplois massives. Pour le PD-G de Deliveroo Niklas Östberg, ce projet remet en question la flexibilité permise par le travail indépendant. « Si cela devient le résultat final de la législation européenne, alors je me sens très désolé pour tous les livreurs qui apprécient la rétribution élevée et la flexibilité », a-t-il déclaré sur le réseau social LinkedIn.



Pour rappel, en août dernier l’Espagne a classé les livreurs dans la catégorie des « coursiers », leur permettant de passer du statut d’autoentrepreneur à celui de salarié. Une situation qui a finalement incité Deliveroo à se retirer du pays et à d’autres applications à réduire leurs activités.

Une mesure soutenue par Just Eat

En revanche, l’acteur de livraison Just Eat, qui a lancé une vaste campagne de recrutement en CDI dans toute la France, estime que ce projet va dans le bon sens. « @JustEatTakeaway soutient pleinement les propositions de la @Commission_UE pour améliorer les conditions des travailleurs et les aider à accéder aux protections sociales », a annoncé Jitse Groen, le PD-G de l’entreprise.


                  Lire aussi : Recrutement | Just Eat poursuit sa campagne de recrutement en CDI

Par ailleurs, les États membres pourraient voir leurs impôts et leurs cotisations de sécurité sociale augmenter de quelque quatre milliards d’euros par an.
La Commission présentera sa proposition la semaine prochaine et devra encore recueillir le soutien des pays de l’UE et du Parlement européen avant de devenir une loi.

Articles connexes